Page:Les régiments d'infanterie de Compiègne.djvu/102

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


« La 6e armée (Général Fayolle) attaque le 12 septembre et s’empare de Bouchavesnes.
« Le 25 septembre une nouvelle attaque des forces anglo-françaises se déclenche sur un front de 18 kilomètres depuis Martinpuich jusqu’à la Somme.
« Combles encerclé de partout tombait entre les mains des alliés.
« Le but tactique qu’on s’était imposé au début de la bataille était atteint.
« D’ailleurs la mauvaise saison était venue, le sol était transformé en une mer de boue par suite des pluies et bientôt les ravitaillements de toute sorte et les mouvements d’artillerie allaient se heurter à des difficultés inextricables.
« La grande bataille de la Somme est donc virtuellement finie. Elle ne s’éteindra que plus tard, en décembre, lorsque notre 6e armée aura été retirée du front pour être relevée par l’armée britannique.
« Durant ces quelques semaines se développèrent encore quelques actions ;
« À la 6e armée française, prise de Sailly-Saillisel du 15 au 18 octobre : actions dans le bois de Saint-Pierre-Vaast (fin octobre) et au sud ouest du Transloy. »

La 12e division, transportée par voie ferrée dans la région de Crèvecœur-le-Grand, se porte dans celle de Conty puis fait mouvement vers le front à partir du 18 septembre. Elle va être engagée à partir du 21 septembre dans la région de la ferme du Bois Labé-Bouchavesnes.

Pendant cette période, le régiment séjourne du 7 au 15 septembre à Hétomesnil (état-major, 1er et 2e bataillons) et Crèvecoeur-le-Grand (3e bataillon). Le 14, il occupe les cantonnements de Fleury (état-major, 2e bataillon), Wailly (1er bataillon) et Courcelles-sous-Thoix (3e bataillon), le 15, ceux de Nampty et Neuville-sous-Lœuilly (3e bataillon). Le 2e bataillon est réuni le 16 à Planchy-Buyon. Le 19 septembre, le 54e est transporté en camions-autos à Domart-sur-la-Luce (état-major, 2e bataillon), au bivouac du Bois de Hangard (3e bataillon) et au bivouac de la cote 98 au nord de Domart. Les commandants de bataillon et de compagnie reconnaissent le secteur le 20 septembre.

Le 21 septembre, le régiment est transporté en autos à l’ouest de Suzanne. Le soir, les 1er et 2e bataillons relèvent en ligne le 172e régiment d’infanterie. Le 1er bataillon occupe en première ligne avec les 2e et 3e compagnies et deux sections de la 1re les tranchées qui font face à la tranchée de Zombor ; le reste du bataillon est en réserve dans la tranchée de Van. La relève est difficile ; le bataillon subit des pertes : le commandant Giroulet, son adjudant de