Page:Les voyages advantureux de Fernand Mendez Pinto.djvu/357

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
339
de Fernand Mendez Pinto.

comme Officiers, & les autres tous gens de ſeruice ; apres qu’on eut donc mis ordre à tout ce qu’on iugea neceſſaire pour vn ſi prodigieux chef-d’œuure, l’on commença d’y mettre la main ſi bien, qu’au rapport de l’Hiſtoire en vingt-ſept ans, l’on acheua d’vn bout à l’autre toute cette grande muraille, laquelle, s’il en faut croire à cette meſme Chronique, a de longueur ſeptante Iaos, c’eſt à dire trois cens quinze lieuës à raiſon de quatre lieuës & demie par chaque Iao. En quoy ce qu’il y euſt d’emerueillable, & qui ſemble exceder la creance des hommes, fut que ſept cens cinquante mille hommes trauaillerent ſans ceſſe à ce grand ouurage, dont le peuple, comme i’ay deſia dit, fournit la troiſieſme partie, les Preſtres & les Iſles d’Ainan l’autre tiers, & le Roy aſſiſté des Princes, des Seigneurs, des Chaems & des Anchacys du Royaume, le reſte du baſtiment. I’ay veu quelquesfois, & meſuré cette muraille qui a ſix braſſes de hauteur, & quarante palmes de largeur dans le plus eſpais de la muraille ; Ainſi il y a quatre braſſes de front en hauteur, & par le bas vn talon, en forme de Terreplain baſty à chaux & à ſable, & enduit par le dehors d’vne maniere de bitume ; ce qui le rend ſi fort que nuls canons ne le pourroient démolir. Au lieu de tours & de bouleuars elle a des guerites de deux eſtages flanquées ſur des arcboutants de charpenterie faite d’vn certain bois noir, qu’ils appellent Caubeſy, c’eſt à dire bois de fer, pource qu’il eſt extremément fort, ioint que chaque eſtançon eſt de la groſſeur d’vne pippe, & tres haut, tellement que ces guerites ſont beaucoup plus fortes que ſi elles eſtoient faites de pierre & de chaux. Or cette muraille qu’ils appellent Chaufacan, qui ſignifie forte reſiſtance, s’eſtend en hauteur egale iuſqu’à des montagnes qu’elle va ioindre, qui pour ſeruir elles-meſmes de muraille ſont eſcarpées à pointe de Pic ; ce qui rend toute cette grande machine plus forte que la muraille meſme, & ainſi il faut ſçauoir qu’en toute cette diſtance de terre, il n’y a pas dauantage de muraille qu’en contiennent les eſpaces qu’il y a de rocher à rocher, ſi bien que ces rochers meſmes ſeruent de defences & d’enclos. Où il eſt à remarquer encore qu’en toute cette lon-