Page:Liszt - F. Chopin, 1879.djvu/71

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cette page n’a pas encore été corrigée


d’elles, il faut remonter au de là de cette époque, alors que musique et paroles reproduisaient également cette opposition, d’un héroïque et attrayant effet, entre le plaisir de l’amour et la mélancolie du danger, dont nait le besoin de réjouir la misère, (cieszyc bide), qui fait rechercher un étourdissement enchanteur dans les grâces de la danse et ses furtives fictions. Les vers qu’on chante sur ses mélodies, leur donnent en outre le privilége de se lier plus intimement que d’autres airs de danse à la vie des souvenirs. Des voix fraîches et sonores les ont bien des fois répétées dans la solitude, aux heures matinales, dans de joyeux loisirs. Elles ont été fredonnées en voyage, dans les bois, sur une barque, à ces instans où l’émotion surprend inopinément, lorsqu’une rencontre, un tableau, un mot inespéré, viennent illuminer d’un éclat impérissable pour le cœur, des heures destinées à scintiller dans la mémoire à travers les années les plus éloignées et les plus sombres régions de l’avenir ?

Chopin s’est emparé de ces inspirations avec un rare bonheur, pour y ajouter tout le prix de son travail et de son style. Les taillant en mille facettes, il a découvert tous les feux cachés dans ces diamans ; en réunissant jusqu’à leur poussière, il les a montés en ruisselants écrins. Dans quel autre cadre d’ailleurs que celui de ces danses, où il y a place pour tant de choses, pour tant d’allusions, tant d’élans spontanés, de bondissans enthousiasmes, de prières muettes, ses souvenirs