Page:Loix et constitutions des colonies franc̜oises de l’Amérique sous le vent - 1550-1703.djvu/329

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


de l'Amérique sous le Vent.|273

viennent aux Isles d'aller couper du bois dans les cinquante Pas du Roi pour leur nécessité ; car sans cela les Habitans ne leur permettraient d'en prendre qu'en payant.

La cinquième et la plus essentielle raison est celle de donner moyen aux Artisans de se loger ; car comme ils n'ont aucuns fonds pour acheter des habitations, et qu'ils n'ont pour tout bien que leurs outils pour gagner leur vie, on leur donne aux uns plus, aux autres moins de terre pour y bâtir des maisons ; mais c'est toujours à condition que si le Roi a besoin du fond sur lequel ils doivent bâtir, ils ; transporteront ailleurs leurs bâtimens ; or sur ces cinquante Pas sont logés les Pêcheurs, les Marons, les Charpentiers, etc. personnes nécessaires au maintien des Colonies.

Ordonnance de M. de Baas, Gouverneur-Général des Isles, touchant les Ventes d' objets pris par les Equipages des Vaisseaux du Roi y et les dettes contractées envers les Officiers desdits Vaisseaux.

Du 5 Mars 1674.

Le sieur de Baas, etc.

Sur les différentes plaintes qui nous ont été faites que les Habitans de cette Isle, et particulièrement ceux qui tiennent Cabaret ou qui vendent en détail de l'eau-de-vie, de la grappe et autres boissons, achetent des Soldats et Matelots qui servent sur les Vaisseaux du Roi, plusieurs choses qu'ils y ont dérobées, et que la facilité qu'ils trouvent à vendre leurs larcins produit deux inconvéniens beaucoup plus mauvais ; l'un, que plusieurs Habitans, fainéans et pauvres, qui ont accès dans les meilleures maisons de l'Isle, dérobent aussi de leur côté, et suivent ce mauvais exemple, ayant l'adresse et la patience de cacher leurs vols jusqu'à ce que lesdits Vaisseaux où sont leurs garants soient partis pour France ; et l'autre, les châtimens exemplaires que la Justice est obligée d'en faire, comme de fraîche mémoire la nommée Olive Toquet, qui a été fouettée par la main du Bourreau pour avoir été convaincue d'un vol véritable et d'une fausse allégation de garantie sur les Matelots de la dernière Escadre.

De plus, il nous a été représenté par plusieurs Habitans et Marchands, que les Navires du Roi de cette dernière Escadre ayant été chargés de plusieurs marchandises, comme Vins de Madère, Etoffes de soie, Souliers en broderie pour femme, et Souliers communs pour homme,