Page:Londres - Le chemin de Buenos-Aires, 1927.djvu/91

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


IX

FRANCHUCHAS

Deux millions d’habitants. Des rues où le tramway est forcé de rentrer son ventre pour passer. À la fois bazar et métropole. Suspendu par un fil invisible, tenu là-haut par Dieu le Père lui-même, un autre Dieu, invisible également, se balançant au-dessus de la ville. Tous les Argentins — tous ! — à genoux devant lui. Il n’est même pas en or, il s’appelle l’Argent !

Un peuple au maillot, traits encore vagues : oriental dès qu’il assis devant un café, passionné dès qu’il entre en affaires, prévenant et poli comme les membres de deux équipes de rugby quand elles sont en action pour un match international !

Buenos-Aires !

Un port à la place du cœur !