Page:Longnon - Pouillés de la province de Sens.djvu/55

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


L INTRODUCTION.

contemporains des cinq premiers rois de la maison de Valois, il indiquait non seulement le patron, mais encore la taxe de chaque bénéfice. Son cadre n’était point différent, peut-être de celui du compte de décimes de i352, et c’est de lui que dérivent évidemment les divers pouillés parisiens du xvi° et même du xvn* siècle.

J’ai soigneusement recueiHI les divers articles du pouiHé de ilt5o environ que Lebeuf a reproduits dans les diverses parties de son livre, et je les publie en appendice à cette Introduction. Ils justifieront, dans la mesure du possible, la relation que j’ai cru pouvoir établir entre ce document, le pouiHé transcrit vers 1525 dans le Z~rj’Hr~ntornm et plusieurs autres textes de date postérieure.

. « Du compte particulier de la décime levée au diocèse de Paris en l’année mil cinq cens vingt sept, rendu par Nicolas Perrier, commis, auditus et ad burellum clausus, ultima die mensis maii, [anno] millesimo quingentesimo trigesimo quarto, a esté extraict la recepte d’iceluy qui ensuict. » Archives nationales. Agence générale du clergé, G~* A, f’ 1791 v° à 1812 r°. En latin. 4. « Poulier des bénéfices du diocèse de Paris. » xvi" siècle. Parmi les diverses copies que l’on connaît de ce texte, je considère comme la moins éloignée de l’original aujourd’hui perdu la transcription, du xvi* siècle finissant, qui occupe les feuillets 23 à 3y du manuscrit latin 62 18 de la Bibliothèque nationale. On y retrouve effectivement, en un cadre plus restreint à la vérité, l’ordre observé dans le compte de décimes de l’an iM2, et comme, d’autre part, l’énumération des bénéfices en chacun des doyennés est sensiblement la même que dans le pouillé transcrit vers i525, j’estime qu’il se rattache au prototype de ce dernier document et qu’il est une sorte d’abrégé du pouillé de i~5o, allégé en outre des chiffres de la taxe apostolique.

Le même texte existe aussi, mais rendu, en quelque sorte, méconnaissable par l’interversion des diverses parties qui le composent, dans le manuscrit iatin 5199 de la Bibliothèque nationale (f" !.79 r" à 192 v°), copie d’une fort mauvaise écriture du xvt" siècle, que Guérard a publiée an tome IV (p. ~i36-45i) de son édition du Cartulaire de ~Vo<re-D<tme de Paris. L’illustre érudit y voyait un pouillé de l’an i534 environ : il se fondait, en l’espèce, sur une mention de patron’" qui figure déjà dans le pouHIé de i45o, et cette constatation suffit à ruiner son hypothèse. 5. Liste, en latin, des paroisses du diocèse de Paris. 1612. Publiée par Dom Jacques du Breul (Le T~trf des antiquités de la ville de Paris, p. io86-io92) qui la reproduit <de telle façon, qu’elle lui «a esté baillée., et sans la traduire en français, <pour éyiter l’équivoque qui se pouroit trouver es noms propres ». Cette liste ne donne que les curés des six doyennés principaux, et les noms des paroisses y sont trop souvent défigurés par la faute des copistes.

. Poullié des bénéfices de l’archevesché de Paris. »

Imprimé, p. i à 87 delà partie relative à la province de Paris du Gra~ Poullié des bénéfices de France (Paris[i626],In-i6). ).

Le duc de Bretagne.