Page:Longnon - Pouillés de la province de Sens.djvu/57

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Lu INTRODUCTION.

rnran~ ; l’autre, en 1~67 (in-folio, 36 pages gravées, y compris des cartes), sous le titre reproduit en tête du présent article. Le texte en a été réimprimé, en i85o, par Guérard (Cartulaire de ~Vôtre-Dame de Paris, t. IV, p. ~52-~y~]. ). Le diocèse de Paris représente la civitas Parisiorum de l’époque romaine, et son territoire ne semble avoir subi, antérieurement à la Révolution, aucune modiRcation sensible. C’est à peine, en effet, si l’on peut citer une charte –elle remonte à l’an 202 réglant une limite contestée sur l’un des points oùl’évéché de Paris confinait au diocèse de Beauvals~. Mais en examinant de près la configuration de l’ancien diocèse, on est amené à croire que, de deux côtés au moins, sa circonscription a un peu varié. C’est tout d’abord vers le sud-est, dans le diocèse de Sens, où le doyenné parisien de Champeaux est formé de deux enclaves comprenant sept paroisses détachées de l’ensemble du diocèse de Paris M, à 3,5oo mètres au sud duquel elles sont situées. C’est aussi, vers l’ouest, du côté de Versailles, où cinq paroisses du diocèse de Chartres étaient presque enclavées dans l’évêché parisien. La formation des deux enclaves situées au diocèse de Sens est suuisamment expliquée par l’étude des plus anciens documents relatifs à l’histoire de Champeaux. L’église de Paris possédait, au xe siècle, plusieurs monastères étrangers à son diocèse M, ainsi que «l’abbaye de Saint-Martin de Cham-Déjà imprimée plusieurs fois, notamment en i85o, par Guérard (Cartulaire </e NotreDame de Paris, t. I, p. i3i), d’après le manuscrit latin 55a6 de la Bibliothèque nationale, cette charte a été publiée plus récemment sur l’original (Archives nationales, L 5ay, n° a ), dans le Bulletin d’histoire et d’archéologie du diocèse de Paris, année 1883, p. i-a, en note). Eue a trait au lieu alors appelé Moynel, et aujourd’hui le Menel, en la commune de Mafniers (Seine-et-Oise, c°° d’Écouen). Sur la composition de ce doyenné, voir

plus loin, p. Lvn (note 3).

Les paroisses de Noisy-Ie-Roi, Bailly,

Soisy-aux-Bœufs, Fontenay-le-Fleury et SaintCyr-r Ecole.

’) Les abbayes de Rebais (au diocèse de LE DIOCÈSE ET SES CIRCONSCRIPTIONS DIVISIONNAIRES. Meaux), de Nesle-la-Reposte (au diocèse de Troyes), de Chézy (au diocèse de Soissons) et de Champeaux (évidemment comprise alors dans le diocèse de Sens) figurent au nombre des possessions de l’église de Paris en une prétendue bulle du pape Benoît VII, du 3o décembre 980 (R. deLasteyrie, CartHyatreoc/ie’r~ ~e Paris, t. I, p. go). A la vérité, cette bulle apocryphe n’a été écrite qu’au xi° siècle, mais il n’y a guère lieu d’en suspecter le fonds et, pour ne parler que du monastère de Rebais, on sait que le roi Charles le Simple en avait fait don, dès goy, à l’église de Paris, comme le montre un diplôme dont l’original ou tout au moins une copie ancienne faisait partie jadis des archives de ce monastère (ibid., t. I, p.78). ).