Page:Longnon - Pouillés de la province de Sens.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DIOCÈSE DE PARIS.

UH

peaux D, vraisemblablement étrangère à cette circonscription ecclésiastique et convertie depuis en une église collégiale, qui, encore au xnr* siècle, payait un cens annuel à l’archevêque de Sens~. La possession par l’église de Paris de ce monastère’, situé à peu de distance de la limite sud-est de l’évéclié parisien, aura déterminé l’annexion au diocèse de Paris, non seulement du finage de Champeaux, mais aussi celles des paroisses voisines qui dépendaient de l’abbaye du lieu.

La raison d’être de l’enclave du diocèse de Chartres dans l’évêché parisien n’apparaît point aussi clairement ou, pour mieux dire, on ne saurait l’expliquer. En effet, lorsqu’on observe que plusieurs paroisses environnantes dépendaient, à l’époque carolingienne, du Pincerais, /)6~ !M Penesciacensis, circonscription administrative dont Poissy était le chef-lieu~, on est tout d’abord amené à supposer que la partie de l’ancien diocèse de Paris, comprise entre SaintGermain-en-Laye, Courbevoie, Sèvres et Bois-d’Arcy, avait été démembrée du diocèse de Chartres, auquel continua d’appartenir, outre l’enclave en question, la plus grande partie du Pincerais et la ville même de Poissy~. Mais une telle hypothèse n’est point admissible, puisque le village de Rueil, situé dans la région susdite à six kilomètres sud-ouest de Courbevoie, faisait incontestablement partie du territoire parisien dès le vi° siècle M ; il est donc préférable de ne produire actuellement aucune conjecture sur l’origine de cette enclave.

Vers le midi, le diocèse de Paris paraît avoir reçu quelque accroissement à une date un peu postérieure au YF siècle. On peut effectivement inférer d’un Comme l’a remarqué l’abbé Lebeuf,

le fait est constaté, en n3y, par une bulle du pape Innocent II confirmant les possessions de l’évéché de Paris Ecclesiam quoque de Campellis cum prebendis et tribus parrochiis, id est de Sancto Mederico, de CapcIIa et de Kerris, eidem ecclesie pertinentibus, salvo nimirum censu duorum solidorum monete

iiHus terre, videlicet que in partibus illis expend !)ur, Senonensi ecelesie annualiter persolvendo que videlicet supradicte ecelesie ad

jus et proprietatem Parisiensis episcopi spectare noscuntur ». ( Cartulaire de Notre-Dante de Paris, 1.1, p. ~3.)

Les actes carolingiens qui nous sont parvenus indiquent comme tels, du moins, les

villages du Pecq, de MareM-Marly, de Marly, de Rocquencourt, de la Celle-Saint-Cloud, de Rueil et de Courbevoie, au diocèse de Paris (Guérard, Polyptyque d’Irminon, prolégomènes,

P- 78-79)-

La ville de Poissy était le chef-lieu de l’archidiaconë du Pincerais, au diocèse de Chartres.

Grégoire de Tours, 77Mtor :’a Francorum, I. IX, c. XIII ; I. X, c. xxvm. Cf. A. Longnon, GK)~)’ap~ :e Je Gaule au r~* siècle, p. 36o361.