Page:Longnon - Pouillés de la province de Sens.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


INTRODUCTION.

uv

passage de l’RM~or/’a ~rancoram de Grégoire de Tours qu’au temps des fils de Clotaire l’Ancien, le territoire parisien, et conséquemment le diocèse de Paris, ne s’étendait pas, vers l’Orge, affluent de gauche de.la Seine, au delà de Châtres, aujourd’hui Arpajon, où l’on doit, suivant toute apparence, reconnaître l’emplacement du pons Urbiensis, pont sur l’Orge, que ChIlpéricF’’ fortifia, en 682, afin de protéger son royaume contre les guerriers du roi Gontran~. Un argument favorable à l’hypothèse que je viens de produire résulte de ce fait que Bruyères-le-Chàtel, plus tard paroisse du doyenné parisien de MontIhéry, faisait partie, en 670, de l’Etampois, pagus ~mpcn~ et dépendait vraisemblablement, par suite, de la cité de Sens, dont l’Etampois avait été démembré le siècle précédent. En dehors de Bruyères-le-Chàtel, ce serait donc probablement toute la bande de territoire comprise entre le cours supérieur de l’Orge et celui delà Juine, limite méridionale du diocèse de Paris antérieurement à la Révolution, qui aurait été unie au diocèse de Paris peu après le vi~ siècle.

Dès l’an 990 et sans doute beaucoup plus tôt~, le diocèse de Paris était divisé en trois archidiaconés que séparait le cours de la Seine ou celui de la Marne on les nommait, en 1368, archidiaconé de Paris ou du Parisis, archidiaconé de Heripois et archidiaconé de Brie(4).- L’archidiaconé de Parisis répondait à la partie septentrionale du diocèse, limitée par la Marne et la basse Seine. Connu, depuis, sous le nom d’archidiaconé de Josas, évidemment emprunté à une viguerle d.e l’époque carolingienne dont le village de Jouy-en-Grégoire de Tours, NMtop’M .FrancfH’M !~ 1. VI, c. xix. Cf. A. Longnon, Geo~ra~/He de la G~t~e aa ~T* siècle, p. 36a-364..

In loco noncopante Brocaria, situm in

pago Stampense, prope de fluviolo Urbia » (Jules Tardif, JMoHHme/ /H’ï<or !’<jf !{es., Cartons des Rois, p. l5-i6).

(’) Les trois archidiacres figurent en gg5 avec le comte de Paris Bouchard et le doyen de l’église cathédrale, parmi les signataires d’une charte de l’évêque Renaud Signum

Rainoldi, Parisiorum episcopi. Signum Burchardi comllis. Hilarius decanus. Elisiernus

archidiaconus. Albericus archidiaconus. Warinusarchidiaconus. (Gallia C/tr~fMna, t. VI ! <

instrumenta, col. a 5.)

«Anno et die predictis [12 nov. 1268],

Johannes, archidiaconus Parisiensis, fecit ho magium de archidiaconatu suo et de pertinentiis. GuiMeinuis, archidiaconus ecclesie

Parisiensis en Heripois, fecit homagiuni de archidiaconatu suo et de pertinentiis. Archidiaconus

Garnerius in Bna fecit homagium

de archidiaconatu suo et de pertinentiis. e (Car~Hi’afrc de ./Vo<7’e-Dan :c de Paris, t. I, p. 171.)