Page:Longnon - Pouillés de la province de Sens.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


DIOCÈSE DE MEAUX. ni

janvier mil cinq cens soixante quatorze. Clos le ’4 septembre ~77. –Musnyer, recepveur des décymes de Meaulx. »

Archives nationales. Agence générale du clergé, G’* iaoy, pièce cotée jadis F G’ . « Décymes. Compte pour l’année mil cinq cens soixante et quatorze. Clos le ~C septembre ~77. Musnyer, recepveur de décymes de Meaulx. »

Archives nationales. Agence générale du clergé, G°* noy, pièce cotée jadis F 64. . « Compte pour l’année M. cinq cens soixante et quinze. Clos le ~3 septembre ~~77. Musnyer, recepveur des décymes de Meaulx. » Archives nationales, Agence générale du clergé, G’* noy, pièce cotée jadis F 65. . « Compte pour l’année M. cinq cens soixante seize. Clos le septembre ~~77. Musnyer, recepveur des décymes de Meaulx. » Archives nationales. Agence générale du clergé, G’* noy, pièce cotée jadis F 66. . Sequuntur benencia civitatis Meldensis. » Imprimé dans Le Grand Poullié des bénéfices de jP’rŒnce (Paris/[i6t6], In-8°), p. ig3 à 210 de la partie relative à la province de Paris, c’est, à quelques variantes près, la reproduction du ponillé antérieur à 1~07 que renferme le manuscrit latin 52i8 de la Bibliothèque nationale. 12. « Bénéfices dépendans du diocèse de Meaux. Quatrième partie, paginée i à 5oM, duPoatHM général contenant les bénéfices de farcAet~cA~ de Paris et des diocèses de Chartres, Orléans et Meaux (Paris, Alliot, iG48, in-4°). Pouillé français, dont les éléments sont visiblement empruntés, d’une façon plus ou moins directe, à des textes latins on y trouve l’indication du vocable d’un grand nombre d’églises paroissiales. La fin du fascicule est occupée par les pouillés particuliers des monastères suivants Abbaye de Saint-Faron de Meaux, p. <tg 5o. Abbaye de Rebais, p. 5o.

Abbaye de Chambrefontaine, p. 50.

Abbaye de Jouy, p. 5o.

Abbaye de Jouarre, p. 5o et p. 5i

Abbaye de Faremoutiers, p. 5o et 5i.

Abbaye de Chage, p. 51.

Les trois dernières pages sont cotées à

tort’y8etyg.

Deux états différents, car l’auteur dis-

tingue f l’abbaye de Jouarre de religieuses bënëdîctines* (p. 5o) de l’abbaye «de Jotre [pour de Jotro ou Jotrcn~M] de filles e (p. 51 ).