Page:Longnon - Pouillés de la province de Sens.djvu/67

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


INTRODUCTION.

LXII

Abbaye de Saint-Martin-aux-Bois, p. 51. Prieuréde Reuil, p. 5i-5z.

Prieuré de Sainte-Foy de Coulommiers, p. 5z. Prieuré de Sainte-Céline de Meaux, p. 53-53. . Sommier des décimes imposés sur le clergé du diocèse de Meaux, dressé en 1700 par M. Faron. "J.

Manuscrit in-folio de 454 pages, n° ~5 de la bibliothèque de Meaux. Cf. Catalogue des mnnM<’<t~ des bibliothèques publiques de France, t. 111, p. 348. L’auteur a pris pour base de son travail les rôles de décimes de 165g à 1668. . ’<PouilIé du diocèse de Meaux.’) ty3i. Pouillé très précis, dressé par Dom T. ’du Plessis et inséré par lui en son Histoire de f~ah’M de Mcau~, t. II, p. 6z3-65~. Les paroisses y sont rangées dans un ordre alphabétique général, avec indication du vocable et du patron.

LE DIOCÈSE ET SES CmcONSCMPTiONS DÎVISrON~AtRES. Le diocèse de Meaux répond à la civitas Melduorum de la Notice des provinces et des cités de la Gaule, et si ses-limites étaient moins vastes que celles dupons MeM~’CH~ de l’époque carolingienne, c’est que, par suite de circonstances difficiles à déterminer, les comtes de Meaux avaient étendu leur autorité sur la partie nord-ouest de la c :u :~<M T/c< :M :H ?K~. L’existence de deux archidiacres pour l’église de Meaux est attestée dès l’an 1017 L’un d’eux est tout d’abord nommé grand archidiacre ou archidiacre de Meaux~), et c’est seulement dans les derniers siècles de l’ancien régime qu’on le yoit qualifié archidiacre de France ; l’autre est toujours appelé archidiacre de Brie M.

L’extension du pa~ !H AfeHt’CH~ sur la partie du diocèse de Troyes qui forma l’archidiaconé de Sézanne est’attestée, dès 813, par une charte du comte Helmgaud ( Gallia C&7’Mtiana, t. XIV, instrumenta, col. xv-xvn).

« Per deprecationem Fulcoms archidiaconi nostri, et Gilonis, vice Lisiardi archidiaconi, in archidiaconatu» (charte de l’évéque Macaire, publiée par T. du Plessis, Histoire de i !’M’h’ïe de Meaux, t. II, p. y).

<’ Presentibus et cbncedentibus Rorleo majore archidiacono, Raduifo archidiacono n (charte de il 65, dans T. du Plessis, Histoire de l’église de Meaux, t. II, p. 63). « Meldensis archidiaconus quiçumque sit, H !e in

ecclesia iila prebendam habebit. (charte de n8g, ibid., t. II, p : 76).

Dès 1187 on trouve «Matheus Briensis

archidiaconus (ibid., p. 76) et, si l’on ajoute à ce titre les mots « Meidensis ecclesie s ou « in ecclesia Meldensi !<, c’est pour le distinguer du titre de l’archidiacre de Brie, au diocèse de Paris, et de celui de l’archidiacre de Brie au diocèse de Soissons.