Page:Louÿs - Œuvres complètes, éd. Slatkine Reprints, 1929 - 1931, tome 7.djvu/112

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trente-huit ans de plus que vous. Il est antipathique et même répulsif. Vous le subissez avec une aversion croissante. Écoutez-moi bien : le 13 mai, après une soirée donnée en son honneur, vous absorberez une perle noire contenant un topique javanais et vous mourrez instantanément. Tel est le sort que je vous réserve. »

« Hélas ! je tremblais comme une feuille.

« — Comment le savez-vous, monsieur ? bégayai-je.

« — Comment je le sais ? cria-t-il. Quelle inepte question ! c’est moi qui vous ai faite ! »

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·
· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

VII


17 avril.

« Ma raison revint peu à peu.

« Maintenant j’y vois clair. La situation s’illumine. C’est la lutte de deux certitudes entre elles, et pas autre chose, pas autre chose.

« Je crois (je crois) que j’ai vingt-sept ans, que je suis née à Maestricht en 1812, que je porte le nom de mon père et que j’ai toujours vécu en honnête fille ; mais au fond quelle preuve ai-je de cela ? aucune.