Page:Louis Delaporte - Voyage d'exploration en Indo-Chine, tome 1.djvu/37

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


avec exactitude la position géographique des points principaux et établit la carte de la route suivie. Il apprécie la navigabilité du fleuve, fait les sondages, étudie les procédés de navigation employés par les diverses tribus et compare, au point de vue commercial, la voie fluviale aux routes latérales.

Il transmet aux officiers les ordres du chef de l’Expédition et en surveille l’exécution.

Le deuxième officier est chargé de la discipline de l’escorte, des approvisionnements et des transports. Il veille particulièrement à la garde des fonds, des armes et des munitions.

Il solde les dépenses journalières, il tient la comptabilité de ces dépenses (monnaie, cadeaux, objets d’échange) et fait viser ses comptes à la fin de chaque mois par le second et par le chef de l’expédition.

Il est adjoint au premier officier de marine pour les observations et s’occupe spécialement des levés topographiques, des vues, dessins, etc., etc.

Le délégué du ministère des Affaires étrangères est chargé de la partie descriptive du voyage. Il étudie les mœurs et usages des diverses tribus et décrit l’aspect des pays traversés.

Il se rend compte des relations commerciales établies dans chaque contrée, étudie les produits échangés, leurs qualités, leurs provenances, et porte une attention particulière sur tous ceux que pourrait demander ou fournir notre colonie de Cochinchine.

Le chirurgien géologue explore et définit les terrains au point de vue géologique.

Il étudie spécialement au point de vue industriel les contrées métallifères, observe les méthodes employées par les indigènes et apprécie les chances d’une exploitation rationnelle.

Le chirurgien de 3e classe de l’Expédition étudie les questions qui dépendent des autres branches de l’histoire naturelle, la faune et la flore des contrées parcourues, les variétés physiques des races, etc., etc.

La division du travail ainsi tracée n’est qu’une règle générale qui devra être étendue et complétée ultérieurement par le chef de l’Expédition. Plusieurs questions importantes n’ont point été énoncées, qui devront être attribuées suivant les aptitudes des membres de la Commission. D’autres pourront être utilement scindées ; l’agriculture, par exemple, qui, au point de vue technique, rentre dans les attributions du chirurgien, et au point de vue commercial, dans celles du délégué des Affaires étrangères.

Quant à l’étude des langues qui, dans un voyage aussi rapide, ne saurait être suffisamment approfondie, il importe que chacun, en ce qui le concerne, apporte sa part à l’œuvre commune, et que la Commission recueille les premiers éléments d’un dictionnaire des divers idiomes.

Enfin il importe d’étudier et de comparer avec soin l’organisation politique, les pratiques religieuses, le langage des tribus, et de rechercher les lignes de démarcation qui séparent les divers courants humains qui sont venus se heurter dans l’Indo-Chine.


JOURNAL DE L’EXPÉDITION

Le journal de l’Expédition est visé chaque jour et annoté, s’il y a lieu, par le chef de l’Expédition. Le membre de la Commission chargé de la partie descriptive y résume la journée en quelques lignes. Il indique les lieux traversés et les principaux accidents de la route. — Le premier officier de marine y inscrit les observations barométriques et thermométriques, la position approchée des lieux de halte, ainsi que les accidents de la navigation. — Le second officier inscrit le nombre de barques, rameurs, chars employés, les dépenses faites., les cadeaux donnés, etc. — Le chirurgien donne un bulletin sommaire de la santé.

Le journal est à la disposition de tous les membres de l’Expédition ; ils pourront, avec l’assentiment du chef, y faire inscrire telle observation scientifique, telle date, tel renseignement qui leur semblerait important.