Page:Louis Delaporte - Voyage d'exploration en Indo-Chine, tome 1.djvu/39

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


lière sur les renseignements qui vous parviendront relativement à ces tribus et à la possibilité d’établir des communications commerciales par leur intermédiaire.

À Khong, vous ferez étudier et décrire la cataracte, sa hauteur, les phénomènes qu’elle présente, la nature des roches qu’elle franchit. Il y aura lieu de rechercher si aux grandes eaux il n’existe aucun point de la rivière où un bateau de moyenne grandeur, halé ou soulagé par des moyens suffisants, pourrait dépasser la cataracte, et dans le cas contraire, vous examinerez s’il ne serait pas possible d’établir, à frais modérés, un canal latéral.

En face de Khong et un peu au nord, débouche la rivière de Tonly-repou, qui donne son nom à une province autrefois cambodgienne et fort riche, dit-on. Il y aurait intérêt à étudier cette voie de communication et la nature des productions des contrées riveraines.

Bassac était autrefois la capitale du Laos inférieur, et les descendants des anciens rois y résident encore, mais sans autorité réelle. Vous rechercherez les origines, l’histoire, les limites de ce petit royaume.

On a signalé quelques ruines d’anciennes constructions dans le voisinage de Bassac ; vous aurez à vérifier le fait et à déterminer la provenance et l’âge de ces constructions.

La rivière d’Oubôn, d’après certaine carte, semble prendre naissance à l’ouest de Korat, ce qui lui donnerait une grande importance, si elle est navigable ; vous examinerez cette question.

On désigne du sel gemme auprès d’Oubôn ; du plomb et de l’argent auprès de Stung-treng ; du fer dans les provinces de la rive droite ; des sables aurifères sur un grand nombre de points. L’exactitude de ces renseignements doit être vérifiée, et les possibilités d’exploitation étudiées avec soin.

Vous apprécierez l’importance des productions de la contrée ; chanvre, laque, gomme-gutte, cardamome, cire, etc., etc., et les mesures à prendre pour attirer vers nous ces divers produits.

Enfin vous recueillerez tous les renseignements qui vous seront apportés sur les nombreuses tribus de l’intérieur, leur langue, leurs traditions. Vous rechercherez principalement les traces de la race malaise, qui sont nombreuses chez les Radé et dans leur voisinage immédiat.


LAOS MOYEN ET LAOS SUPÉRIEUR

Lorsque la saison des pluies sera terminée, vers le 1er décembre, vous vous mettrez en route et vous vous élèverez vers le nord aussi rapidement que possible.

Jusqu’à Luang-prabang vous ne rencontrerez sans doute aucun obstacle sérieux, et les difficultés de transport pourront seules retarder votre marche ; vous ne donnerez donc à vos études qu’un temps fort limité.

Cependant je vous recommande d’examiner avec attention tout ce qui se rapporte à l’ancien royaume de Vienchang, fort puissant autrefois, et qui entretenait avec la Chine un commerce considérable.

En tous les points vous vous informerez de la position occupée par les Annamites sur la rive gauche, et vous entrerez en relations avec eux.

À Luang-prabang, capitale du Laos supérieur, où résident les descendants des anciens rois, vous séjournerez et vous prendrez tous les renseignements qui vous sont nécessaires pour traverser le territoire des tribus suivantes. Les unes dépendent de l’empire birman, d’autres du Yun-nan chinois, quelques-unes sont tributaires des deux empires ; mais toutes sont mal soumises, et vous devez agir avec la plus grande prudence dans vos rapports avec leurs chefs.

S’il vous est possible de reconnaître le lieu où a été enseveli M. Mouhot, vous rendrez hommage