Page:Luzel - Légendes chrétiennes, volume 2, 1881.djvu/159

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— C’est égal, répondit le père, dites toujours une messe à son intention ; cela ne peut jamais faire de mal.

Le prêtre promit.

Comme il montait à l’autel, il vit apparaître à côté de lui l’ombre du mort, qui lui dit :

— Ne priez pas pour moi.

— Vous êtes sauvé, n’est-ce pas ? Je le savais bien.

— Non, je suis damné !...

— Vous, damné, mon Dieu ! . . . Comment cela peut-il être ?

— Je suis tombé, une nuit, dans le péché, et je me suis couché sans faire ma prière.

Et l’ombre disparut alors, et le prêtre, accablé de douleur, descendit de l’autel.

(Conté par Marguerite Philippe.)




VII


l’enfant gâté.



Un tout jeune homme, gâté par ses parents, alla un jour se confesser au curé de sa paroisse, en temps pascal. Il avait commis