Page:Luzel - Légendes chrétiennes, volume 2, 1881.djvu/282

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



— Je demanderai à la reine, mon enfant, si elle consent à vous accorder votre demande.

Le vieux roi retourna au palais, et un domestique qui l’accompagnait passa une corde au cou de l’agneau et l’emmena.

— Eh bien ! demanda la reine au roi, que vous a répondu votre fille ?

— Elle n’a pas dit grand’chose, répondit le roi ; elle demande seulement qu’on lui donne la tête et les quatre pieds de son agneau, qu’elle regrette beaucoup.

— Qu’on les lui donne, si cela peut lui faire plaisir.

L’agneau fut tué sur le champ, et le lendemain matin, quand Marguerite se rendit à la lande avec ses moutons, selon son habitude, elle emporta dans son tablier sa tête et ses quatre pieds.

La belle dame revint la voir ce jour-là, et lui dit :

— Eh bien ! mon enfant, avez-vous pu obtenir la tête et les quatre pieds de votre agneau ?

— Oui, madame, les voilà.

Et elle les lui montra.

Alors la dame les prit et planta la tête au milieu de la lande et un pied à chaque coin. Et aussitôt, une fontaine d’eau claire et limpide jaillit à l’endroit où était la tête, et à la place où