Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 5.djvu/856

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
314
histoire de l’académie,


STATISTIQUE.


M. le baron Coquebert Montbret a fait, au nom de la commission de statistique, un rapport dont les conclusions ont été comprises dans l’annonce des prix décernés ; elles étaient précédées de réflexions importantes sur plusieurs ouvrages qui ont été publiés récemment, et qui ont pour objet d’étendre les connaissances que nous possédions déjà sur le territoire de la France et des colonies.

Nous sommes informés, dit le savant rapporteur au nom de la commission, que plusieurs préfets s’occupent de la description de leurs départemens. L’Académie se souvient du beau travail dont M. le comte de Chabrol a réuni les matériaux nombreux et authentiques qu’il a publiés en 1821 sous le titre de Recherches statistiques sur la ville de Paris et le département de la Seine, et qui contient soixante-deux tableaux. Elle apprend avec intérêt que ce magistrat continue ces précieuses recherches, les seules jusqu’à présent dans leur genre, et que la suite en doit paraître incessamment. Grâces soient rendues aux administrateurs qui font servir l’influence et l’autorité de leurs importantes fonctions, ainsi que les secours de tout genre dont ils peuvent disposer, à résoudre des questions d’un égal intérêt pour le Gouvernement et pour les particuliers, pour les sciences exactes et pour les spéculations de l’économie politique ! Proclamer les titres que de pareils travaux leur donnent à la reconnaissance, c’est acquitter envers eux une dette publique de la manière la plus convenable.

Le rapport fait ensuite mention des ouvrages relatifs aux colonies. M. Moreau de Jonnès à qui l’Académie, dont il est correspondant, a décerné, pour un travail général sur les colonies occidentales de la France, le premier prix