Page:Mémoires de l’Académie des sciences, Tome 5.djvu/880

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
338
histoire de l’académie,

M. Cuvier, par une comparaison plus soignée, a montré au contraire que cette tête africaine ressemble, à la grandeur près, qui venait sans doute de l’âge, à toutes celles de l’espèce bicorne d’Afrique, et qu’elle diffère des rhinocéros fossiles autant qu’aucune autre tête de rhinocéros vivans.


PHYSIQUE VÉGÉTALE ET BOTANIQUE.


Depuis long-temps les physiciens recherchent quelle est la cause qui dirige toujours la racine des plantes vers la terre, et leur tige vers le ciel, dans quelque position que leur semence ait été placée ; et nous avons fait connaître, dans notre analyse de l’année dernière, des expériences très-ingénieuses de M. Dutrochet, qui tendent à prouver que c’est une force intérieure qui leur imprime cette direction. Il vient d’en faire de nouvelles sur la direction de ces parties, quand la semence que l’on fait germer est en mouvement.

Si l’on fixe des graines en germination sur les rayons d’une roue que l’eau fait mouvoir continuellement, les deux caudex séminaux se dirigent dans le sens du rayon de la roue ; la plumule se porte vers le centre, et la radicule vers la circonférence. Cette expérience, qui, comme on le sait, est due à M. Knight, a été répétée par M. Dutrochet, en employant un procédé particulier, qui lui a donné le moyen d’arriver à de nouveaux résultats. Il place des graines, avec suffisante quantité d’eau, dans des ballons de verre, au centre desquels ces graines sont fixées par des fils métalliques. Ces ballons de verre sont ensuite attachés sur une roue qui est mue par un mouvement d’horlogerie avec une vîtesse que l’observateur peut régler à volonté. M. Dutrochet est parvenu par ce moyen aux résultats suivans.

Lorsque les graines, dans leur mouvement de rotation parcourent plus de trois mètres par minute, les deux caudex