Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/106

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
91
sur les éthers.

de gaz azote, de gaz nitreux, de gaz acide carbonique, et cinquante au moins de gaz oxide d’azote, il s’y dissout, quintuple environ leur volume à la pression de 0m,758 et à la température de 21° du therm. cent., les rend acides, et forme enfin un gaz en tout semblable à notre gaz éthéré : à cette même pression et à cette même température, sa tension, déterminée à Arcueil par MM. Berthollet, s’est trouvée être de 0m,73, tandis que celle du meilleur éther sulfurique, dans les mêmes circonstances, n’est que de 0m,46 : ainsi plus de doute, l’éther nitrique est un corps liquide à 21° (th. cent.) de température, et à 0m,76 de pression : mais si cette pression restant la même, la température s’élève un peu, ou si la température restant la même, la pression descend à 0m,73, dès-lors il prend de suite la forme de gaz.

Mais s’il est facile d’obtenir l’éther non acide par la chaux, il ne tarde pas à le redevenir, soit qu’on le distille, soit qu’on le mette en contact avec l’air, soit qu’on en remplisse des flacons, et qu’on les bouche bien : l’air ne paroît avoir aucune espèce d’influence dans ce résultat : la température seule fait tout ; et dans tous les cas, c’est toujours de l’acide nitreux et