Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/111

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
96
Mémoire

potasse, à 9. part. d’un gaz entretenant la combustion moins bien que l’air, il s’ensuit qu’il contenoit 45. part. d’acide carbonique.

Or comme les gaz recueillis au commencement, au milieu et à la fin de l’opération donnoient tous, en les brûlant das l’eudiomètre, sur l’eau ou sur le mercure, les quantités d’azote et d’acide carbonique précédentes, ils étoient donc identiques, et par conséquent il devenoit certain que l’éther que j’avois employé étoit homogène, et sur-tout ne contenoit pas d’alcool.

L’éther nitrique contenant beaucoup d’oxigène, il étoit probable qu’il s’en trouvoit une certaine quantité dans nos gaz. Pour le savoir, j’en ai d’abord pris la pesanteur spécifique avec l’excellente balance dont MM. Biot et Arrago se sont servis pour leurs expériences sur la réfraction de la lumière à travers divers fluides. Le baromètre étant à 0m,76, et le thermomètre centigrade à 10°, un litre pesoit 0 gr. 8930 ; ce qui donne, pour un décilitre, 0 gr. 08930. Ensuite ayant cherché le rapport d’un décilitre avec les degrés de notre mesure, et ayant trouvé qu’un décilitre en contenoit 490, il en résulte, d’après ce que nous avons dit précédemment, qu’un décilitre de notre gaz contient : azote