Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/129

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
114
Mémoire

continue, pendant longtems il ne se dégage presque plus de gaz, parce que l’acide nitrique est alors trop étendu d’eau pour pouvoir réagir sur l’alcool ou sur la matière facile à charbonner ; il passe dans le récipient de l’alcool, de l’eau et un peu d’acide nitrique et d’acide acétique : mais lorsque la liqueur se concentre, alors on obtient une quantité assez remarquable de gaz nitreux, de gaz acide carbonique et d’azote ; et il reste au fond de la cornue une matière visqueuse, contenant de l’acide oxalique, sans doute de l’acide malique, et peut-être autre chose encore, dont le poids, est égal à la 68e. partie du mélange employé.

6°. Dans la réaction de l’alcool sur l’acide nitrique, l’oxigène de cet acide se combine avec une grande partie de l’hydrogène et avec une très-petite quantité de carbone de l’alcool.

D’un autre côté, une grande quantité d’azote et d’oxigène de l’acide nitrique se combine avec l’alcool deshydrogéné et légèrement décarhoné, et de là il résulte beaucoup d’eau, beaucoup de gaz oxide d’azote, beaucoup d’éther, peu de gaz nitreux, d’acide nitreux, d’azote, d’acide carbonique, d’acide acétique, de matière facile à charbonner, qui sont les produits dont la formation a lieu en même tems que celle de l’éther.