Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/228

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
213
des corps.

qui est mêlé avec elle bout, il en résulte un fluide élastique dont l’action sur la vapeur de l’eau remplace celle de l’air, et les deux fluides se distillent ensemble dans des proportions dépendantes de celles du mélange. On voit donc que par ce procédé il seroit impossible d’avoir de l’alcool parfaitement exempt d’eau. On y réussiroit mieux en distillant le mélange sous une compression beaucoup moins forte que celle de l’atmosphère, parce qu’il bouilliroit beaucoup plus vite, et qu’alors le rapport de la quantité de la vapeur de l’alcool à celle de l’eau seroit beaucoup plus grand. Mais, par ce moyen, on ne sépareroit pas encore totalement les deux liquides, et il est plus avantageux d’ajouter au mélange, comme on le fait ordinairement, un corps fixe, tel que le muriate de chaux, qui, ayant beaucoup d’affinité pour l’eau, diminue sa volatilité bien plus que celle de l’alcool. C’est par la même raison qu’on ne peut séparer le muriate d’étain et celui d’antimoine par l’action de la chaleur, quoiqu’ils ne soient pas également volatils.

Il seroit inutile de citer d’autres faits qui, tous analogues entre eux, recevroient les mêmes explications. En terminant, je me contenterai de rappeler que l’eau est nécessaire pour