Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/230

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

MÉMOIRE

Sur la décomposition des sulfates par la chaleur.

Par M. Gay-Lussac.
Lu à la Société, le 11 avril 1807.


L’action du calorique sur les sulfates, dont je vais faire l’objet de ce mémoire, avoit paru jusqu’à présent parfaitement déterminée. On pensoit qu’en distillant un sulfate métallique on obtenoit de l’acide sulfurique, si l’oxide n’étoit pas susceptible d’un degré ultérieur d’oxidation, ou de l’acide sulfureux et de l’acide sulfurique s’il pouvoit s’oxider davantage. On pensoit aussi que tous les sulfates alcalins et terreux, avec excès d’acide, étoient ramenés à l’état neutre par l’action du calorique, ou entièrement décomposés, en ne donnant pour résultat que de l’acide sulfurique. Cette théorie n’est point l’expression de faits exactement observés ;