Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/275

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
260
Sur l’air contenu

que les poissons pris à peu de profondeur donnent en général peu d’oxigène et beaucoup d’azote, tandis que tous ceux qui viennent d’une profondeur considérable donnent peu d’azote et beaucoup d’oxigène. Ceci se vérifie même dans les poissons d’eau douce, qui vivent à des profondeurs très-petites ; car en faisant l’expérience sur ceux que fournit la Seine à Paris, j’ai trouvé,

Dans la vessie natatoire d’une carpe 0.03 oxigène.
d’une tanche[1] 0.16

Et MM. Geoffroy et Vauquelin, en faisant des essais semblables, ont trouvé,

Dans la vessie natatoire des brochets 0.05 oxig.
des loches 0.05
des perches fluviatiles 0.05

Ils n’y ont découvert qu’une très-petite quantité d’acide carbonique, dont ils ont reconnu l’existence au moyen de l’appareil au mercure. Je

  1. Je n’ai pu faire qu’une seule fois cette expérience, et j’ai lieu de la croire exacte ; mais il seroit bon de la répéter : on n’a, je crois, observé aucun autre poisson d’eau douce qui donne autant d’oxigène.