Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
16
Observations

conclure que la chaîne des Alpes, au moins dans les endroits où nous l’avons traversée, a une influence peu sensible sur l’inclinaison et l’intensité des forces magnétiques.

Pendant notre séjour sur le Mont-Cenis, où nous étions occupés d’expériences particulières, nous avons voulu voir si l’intensité des forces magnétiques n’éprouvoit pas de variations sensibles aux différentes heures du jour et de la nuit. Nous avons fait faire 250 oscillations à notre aiguille, mais le tems de 1254’’ qu’elles ont employé n’a jamais varié, de plus d’une seconde au-dessus ou au-dessous de ce nombre. À Rome, où nous avons encore fait un grand nombre d’expériences de ce genre, nous avons obtenu des résultats semblables. D’après cela, il nous paroît évident que la force magnétique ne varie pas sensiblement en intensité pendant le jour ou pendant la nuit[1]. Nous observerons pour ceux qui voudroient s’occuper de cet objet, qu’on peut s’épargner l’ennui de compter à chaque observation toutes les oscillations ;

  1. En supposant tous les phénomènes magnétiques dépendans les uns des autres, on pourroit aussi en conclure que l’inclinaison n’éprouve pas de variations appréciables ; celles de la déclinaison étant déja très-petites.