Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/30

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
17
magnétiques.

car en prenant une aiguille très-paresseuse et dont le tems, pour chaque oscillation, seroit supposé plus long que les variations qu’on cherche à évaluer, on peut employer le moyen dont se servent les astronomes pour observer les révolutions des taches du soleil.

Pendant le court espace de tems que nous avons passé dans Naples, nous avons été témoins du violent tremblement de terre, du 26 juillet 1805, et de l’éruption du Vésuve, du 12 août de la même année. Nous nous sommes empressés de voir quels pourroient être les effets de ce volcan sur l’intensité et l’inclinaison des forces magnétiques. On sait que dans les produits des éruptions volcaniques, il y a quelquefois beaucoup de fer peu oxidé qui agit fortement sur l’aiguille aimantée. Il étoit naturel d’après cela d’attribuer aux volcans une très-grande influence, mais nous allons voir que pour le Vésuve elle est très-bornée.

À Naples, qui est à environ deux lieues de ce volcan, nous avons trouvé l’inclinaison égale à 61° 35′. En suivant la marche des inclinaisons depuis des endroits situés beaucoup plus au nord, on les voit décroître jusqu’à Naples, suivant une loi assez régulière. À Portici, qui