Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/31

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
18
Observations

s’est élevé sur les ruines d’Herculanum, et qui est traversé par des courans de laves, nous avons observé l’inclinaison de 60° 50′. À l’hermitage de S.-Salvador, à-peu-près à la moitié de la hauteur du Vésuve, et à côté de courans récens de laves, nous l’avons trouvée de 62° 15′ ; et enfin dans le cratère même du Vésuve, sur des scories, de 62° 0′. On voit donc que quoiqu’il y ait une différence dans la plupart de ces inclinaisons, en les comparant les unes aux autres, elle n’est pas aussi grande que celle à laquelle on auroit pu s’attendre ; et que, si le Vésuve a une influence sur l’inclinaison de l’aiguille aimantée, elle est au moins très-petite et très-locale. Si, en effet, à l’hermitage de S.-Salvador, l’inclinaison est plus grande de 40′ qu’à Naples, à Portici elle est de 35′ plus petite.

L’intensité paroît avoir varié d’une manière plus sensible et plus irrégulière. Quoique Naples soit plus au midi que Rome, l’intensité y est plus grande d’un centième. À Portici elle est encore d’un quatre-vingt-onzième plus grande qu’à Naples, et à l’hermitage d’un quarante-cinquième. Mais dans le cratère du Vésuve, elle est au contraire d’un quinzième plus petite. Tant d’irrégularité et un décroissement si ra-