Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/300

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
285
d’un manomètre.

beaucoup plus petites que celles qui doivent résulter des moyens dont on vient de parler ; il est plus expéditif et plus sûr de s’en tenir au baromètre, en combinant son indication avec celle du thermomètre et de l’hygromètre.

Il n’en est pas de même du manomètre destiné à déterminer les changemens qui surviennent dans l’élasticité d’une quantité d’air contenue dans un vase : Saussure dirigea vers ce but l’appareil auquel il donna le nom de manomètre, et au moyen duquel il a fait des observations si importantes[1] : c’est simplement un baromètre dont la cuvette est contenue dans un ballon de verre qui est fermé hermétiquement, et dans lequel on peut introduire les substances qui peuvent affecter l’élasticité de l’air, par une ouverture pratiquée dans le col du ballon, mais en établissant alors momentanément la communication entre l’air intérieur et l’air extérieur.

Pendant que la communication avec l’air extérieur est interrompue, le baromètre, est insensible aux variations de l’atmosphère, et il n’éprouve de changement dans son élévation

  1. Essais sur l’Hygrométrie, p. 109.