Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/320

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
305
Recherches sur l’action, etc.

substance avoient fait soupçonner à M. Lampadius qu’elle pouvoit être composée de soufre et d’hydrogène. Plus récemment il l’a soumise encore à des recherches[1], qui, sans le conduire à une détermination précise de sa composition, lui ont paru propres à confirmer ses premières conjectures. Il donne à ce liquide le nom de alcool de soufre à cause de sa grande volatilité. Dans le travail que MM. Clément et Desormes entreprirent pour combattre les faits qui avoient servi à prouver l’existence de l’hydrogène dans le charbon, ils imaginèrent[2] de faire agir le soufre sur le charbon porté à une haute température. Ils observèrent que par ce moyen le charbon disparoissoit, sans aucun dégagement de gaz, et qu’il se produisoit un liquide plus évaporable que l’éther, et cependant plus lourd que l’eau, d’une odeur peu différente de celle de l’hydrogène sulfuré, très-inflammable, et qu’ils trouvèrent entièrement composé de soufre et de carbone. Ils nommèrent en conséquence ce liquide soufre carburé. Ils donnèrent également les noms de soufre

  1. Jour. de chim. de Van Mons, tom. 5.
  2. Ann. de chim. tom. 42.