Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/376

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
361
sur l’éther nitrique.

Ainsi en supposant que, de l’éther nitrique on ne puisse point retirer d’autres matières que de l’acide nitreux, de l’acide acétique et de l’alcool ; en supposant que, comme cela est possible, il n’y ait point formation d’eau dans la formation de l’éther muriatique ; et puisque d’ailleurs on transforme facilement l’éther acétique en alcool et acide acétique, il s’ensuit que les éthers muriatique, nitrique et acétique sont formés de ces acides et d’alcool, ou des principes de ces acides et des principes de l’alcool. Peut-être que l’acide acétique qu’on retire de l’éther nitrique, y forme avec de l’alcool de l’éther acétique.

Ayant éprouvé une perte assez considérable dans l’analyse de l’éther nitrique, que j’ai rapportée plus haut dans mon Mémoire sur l’éther nitrique ; j’ai voulu répéter cette analyse en y apportant, s’il m’étoit possible, plus de soin que je n’en avois mis à la faire en premier lieu. Au moyen de trois rectifications ou distillations successives, je suis parvenu à me procurer de l’éther qui bouilloit à 21° thermomètre centigrade, et 0m,758 ; ainsi il étoit encore plus pur que celui dont la tension a été déterminée à Arcueil (pag. 91). C’est de cet éther ainsi rectifié que je me suis servi dans ma seconde