Page:Mémoires de physique et de chimie de la Société d’Arcueil - Tome 1.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
81
sur les éthers.

et le papier de tournesol ; combiné avec la potasse, il donnoit par la distillation, 1°. une liqueur éthérée ; 2°. une liqueur sensiblement alcoolique ; 3°. de l’eau, et pour résidu du nitrile et de l’acétate de potasse ; d’où il m’a semblé qu’on pouvoit le croire composé d’eau, d’alcool, d’éther, d’acide nitreux, et d’acide acétique.


Examen du produit gazeux.


Le gaz dont ce produit est formé, est incolore et a une odeur éthérée bien plus forte que ce que dans les pharmacies on regarde comme l’éther même ; il s’enflamme par l’approche d’un corps en combustion, et donne naissance à un corps irritant, piquant, désagréable à respirer ; mis en contact avec l’air et le gaz oxigène, il se colore à peine en rouge ; il ne précipite que très-foiblement l’eau de chaux, l’eau de barite, l’eau de strontiane ; il rougit très-fortement la teinture de tournesol ; il se dissout promptement et presque complettement dans l’eau, et n’offre qu’un résidu de quelques centièmes formé d’azote et de gaz nitreux ; enfin, lorsqu’on le fait passer à travers trois ou quatre flacons vides et entourés d’un mélange de glace et de muriate de chaux,