Page:Mémoires du maréchal Joffre (1910-1917) T.1.pdf/109

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
98
mémoires du maréchal joffre

car il montre la préméditation allemande, les rêves et les procédés allemands. On peut juger de l'effet qu'il produisit en 1913 au sein du gouvernement, et combien il a servi à le renforcer dans sa volonté de faire aboutir le retour à la loi de trois ans.

La question parut si urgente que le gouvernement prit la décision de maintenir au mois d'octobre la classe libérable sous les drapeaux, afin d'avoir, sans tarder, les trois classes jugées nécessaires à notre sécurité. Déjà, il affirmait cette intention devant la Commission de l'armée. Peu de jours après, le 4 mai, à Caen, dans un discours politique, M. Barthou annonçait encore cette résolution ; et, le 15 mai, à la Chambre, le président du Conseil lut une déclaration demandant au Parlement d'approuver cette décision. Et, par 322 voix contre 155, la Chambre des députés donna son assentiment.

A la même date, M. Henri Paté, rapporteur de la Commission de l'armée, déposa son rapport sur la loi de trois ans ; le 2 juin, la discussion de la loi commença à la Chambre. J'assistai avec le général Pau à toutes les séances, en qualité de Commissaire du gouvernement.

La discussion fut extrêmement longue. On sentait bien que la plupart des députés comprenaient la nécessité de voter la loi, mais que des questions électorales les retenaient : aussi, les interventions, les contre-projets, les amendements se multipliaient, éternisant vainement le débat.

Aussi faut-il rendre hommage au patriotisme de ceux qui, comme M. Joseph Reinach et M. André Lefèvre, donnèrent sans arrière-pensée pour faire triompher le projet. M. Reinach, en particulier, est de ceux auxquels revient une grande part de l'honneur d'avoir fait voter cette loi de salut national. Cela lui valut d'ailleurs de ne pas être réélu aux élections suivantes.

La discussion se prolongea pendant huit séances. A la fin, le lundi 16 juin, le ministre de la Guerre, M. Étienne, dut prendre la parole. Il avait été véritablement l'âme de cette loi ; il avait travaillé l'opinion des milieux parlementaires