Page:Mémoires du maréchal Joffre (1910-1917) T.1.pdf/209

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
195
plan de renseignements

le Service spécial. A cet égard, il y aurait intérêt à pouvoir repérer, dès que possible, en cas de violation du territoire belge par les Allemands, l'arrivée de la cavalerie, puis des colonnes de toutes armes sur les transversales suivantes :


Verviers, Stavelot, Diekirch, Remich ;
Liége, Houffalize, Wiltz, Luxembourg ;
Huy, Marche, Bastogne, Arlon ;
Namur, Rochefort, Saint-Hubert, Neufchâteau, Virton.


Il serait notamment essentiel de savoir s'il y a ou s'il n'y a pas de colonnes ennemies — de cavalerie ou de toutes armes — au nord du massif forestier Marche, Houffalize, Saint-Hubert.

En ce qui concernait l'offensive brusquée des troupes de couverture allemandes éventuellement appuyées par des divisions hâtives, et la direction de cette offensive, le document s'exprimait ainsi :

"L'attaque allemande semble pouvoir être organisée en direction de l'un des trois objectifs ci-après, énumérés par ordre d'importance : Nancy, Verdun-Hattonchâtel, Saint-Dié.

Les corps d'armée qui peuvent, soit immédiatement, soit au cours de la période de couverture participer à cette action sont : le VIIIe, le XVIe, le XXIe, le IIe bavarois, le XVe et le XIVe.

Les renseignements à rechercher et à demander au Service spécial et à l'aviation sont donc les suivants :

Où se rassemble le VIIIe corps ? La recherche du VIIIe corps au nord de Trèves a déjà été envisagée en ce qui concerne la violation de la Belgique ; si ce corps d'armée doit participer à une attaque brusquée allemande, il y a lieu d'en envisager, au contraire, le rassemblement dans la région de Sierck.

En ce qui concerne la région de Metz, il serait aléatoire de songer à obtenir les renseignements complets par le Service spécial, soit sur le rassemblement du XVIe corps, soit sur l'état d'avancement des travaux de la place ou la constitution de sa garnison de guerre. On ne peut guère espérer recevoir des informations fournies par le Service spécial et venant de Metz, que pendant la période de tension politique. D'autre part, nos dirigeables et nos avions rencontreront de grosses difficultés à survoler cette place forte sans courir de grands risques. Mais en raison de sa proximité de notre frontière, Metz peut être surveillée par avion, par dirigeable, et même à l'aide de cerfs-volants, tout en restant au-dessus du territoire franaçais ; le système d'observation serait à prévoir dès la période de tension politique.