Page:Mémoires du maréchal Joffre (1910-1917) T.1.pdf/217

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
203
notre système fortifié

1° A organiser une région fortifiée comprenant les trois grandes positions de Toul, de Frouard et de Saint-Nicolas-Tonnoy au sud de Nancy ;

2° Au sud de cette région, à étendre jusqu'au Durbion les défenses de la plaine d'Épinal, et à remettre en valeur le fort du Mont Bard au sud de Belfort ;

3° Au nord de la région de Nancy, à remettre en valeur l'ensemble Girouville-Jouy ; à étendre la place de Verdun jusqu'à Haudiomont par une position extérieure installée sur le plateau des Blusses ; à créer à Montmédy une place pour servir de pivot à la conversion que notre aile gauche aurait à faire si les conditions nous permettant d'entrer en Belgique se réalisaient.

Des positions du moment devraient être organisées en avant de la forêt de Charmes et sur les Hauts-de-Meuse.

Les forts du Jura au sud de Pontarlier, la place de Longwy, le camp retranché de Lille étaient proposés pour un déclassement. En ce qui concerne Lille, il semblait que, par la situation topographique, cette ville ne se prêtait pas à l'organisation d'un camp retranché qui pouvait être tourné de tous côtés et ne permettait aucune manœuvre.

Après une étude détaillée des besoins des diverses places, je songeai à soumettre ce programme au Conseil supérieur de la Guerre. Ses membres furent, à cet effet, convoqués pour le 21 juillet 1914 dans le cabinet du ministre de la Guerre. L'ordre du jour de la séance comprenait : la situation de défense des grandes places, l'examen des nouveaux matériels d'artillerie de siège et de place, l'emploi de l'artillerie dans la défense et l'étude de l'emploi des avions dans les places de guerre.

Mais déjà la guerre grondait ; des préoccupations plus immédiates se présentaient à nos esprits. C'était le jour où les avis préliminaires de mobilisation étaient donnés dans toute l'Allemagne...


Il me reste un mot à dire sur les membres du Conseil supérieur de la Guerre qui allaient partager sous mes ordres la responsabilité de la conduite des opérations.