Page:Métais - Cartulaire de Notre-Dame de Josaphat, tome 2.djvu/29

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


24 CARTULARIUM

CCCLXXVIII
1290
Enquête au sujet de la clôture du chemin qui conduit au moulin de Lèves.
« Enqueste tant de la part du seigneur Goslenus de Lèves que de l’abbé et religieux de Josaphat. Le seigneur produit un grand nombre de témoins qui deposent que la closture mise au bord de la rivière d’Eure par les religieux de Josaphat pour fermer un chemin qui conduisoit à un moulin qu’ils avoient dans leur enclos devoit être commune aud. seigneur de Lèves, à tous les gens de sa maison et auxdits religieux; que ledit seigneur de Lèves avoit même une fois fait renverser cette closture, que depuis son établissement ses meuniers et autres ses gens y passoient quand ils vouloient; lesd. témoins ajoutent qu’ils ne scavent pas si c’est par droit ou par tolérance que les gens dudit seigneur de Lèves passent par lad. porte, que souvent on a vu lad. cloture bouchée et murée, que le pré étoit enclos de haie au delà du pont de pierre, que on a vu souvent les clostures renversées sans savoir par qui. Les témoins pour les religieux déposent que le seigneur de Lèves ny ses gens n’ont jamais eu aucun droit de passer par ladite ouverture, qui n’a esté faitte que pour passer le foin, les vins et autres choses nécessaires à l’abbaye.
Testes domini Gosleni dee Leugis contra abbatem et conventum Sancte-Marie de Josapha.
Gaufridus Bolart juratus dixitquod sepe vidit pratum monachorum claudi haia ex parte pontis petrini, nec audivit dominum Leugarum vel ejus servientes conquerentes de hoc, quoniam liceret monachis claudere pratum suum. Dixit et quod si aliquis esset in pratum m<machorum ita quod aqua esset media inter se et motendioa, non posset deprehendere utrum aqua currat ad duo borraUa ve! ad tria. Rursus utrum hoc anno preterito viderit monerios domini Leugarum ire per viam illam vel per ostium videre borralia; dixit quod non. Dbdtquod vidit monerios domini Leugarum quoniam euntes per viam, videlicet Robertum Pinel et Petrum Morant et multos alios de civitate Carnoteusi, homines et feminas, nec vidit aticui voienti ire per viam illam contradici. Dicit etiam quod nunquam vidit ostium illud murari nec claudi spinis; dicit etiam quod credit quod monerii domini Leugarum