Page:Maison rustique du XIXe siècle, éd. Bixio, 1844, I.djvu/434

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Fig. 601.

Dans un ouvrage de la nature de celui-ci, il est indispensable de partager d’abord les pois en deux groupes, l’un comprenant ceux qui font spécialement partie de l’agriculture proprement dite, — l’autre, les pois de jardin et de la petite culture des champs.


I. — Pois des champs, pois gris ou bisaille.
(Pisum arvense.)

C’est une espèce distincte dont on connaît deux variétés principales de printemps, et une d’hiver (fig. 602).

Fig. 602.

1. Le Pois gris hâtif, que l’on sème en mars.

2. Le Pois gris tardif, que l’on peut différer de confier à la terre jusqu’en mai.

3. Le Pois gris d’hiver, c’est-à-dire que l’on sème en automne, et qui convient particulièrement aux climats sans pluies printanières, et aux terrains secs.

II. — Pois de petite culture.
(Pisum sativum.)
A. Pois à écosser ou à parchemin.
a. A rames.

1. Le Pois michaux de Hollande est le plus hâtif de tous. Il est, à la vérité, assez délicat et sensible aux froids ; mais lorsqu’on le sème en mars, il devance presque toujours le michaux semé à la fin de novembre. On peut se passer de le ramer en le pinçant convenablement.

2. Le Pois michaux ; petit pois de Paris. Très-précoce ; excellent. C’est lui que l’on préfère pour les semis d’automne à bonne exposition. Il peut, ainsi que le précédent et le suivant, se passer de rames.

Fig. 603. 3. Le Pois michaux de Rueil (fig. 603), sous-variété du n° 2. A grains plus gros et à fructification encore plus précoce.

4. Le Pois de Marly (fig. 604) est tardif ; — Fig. 604. Fig. 605. ses cosses, fort grosses, contiennent des grains ronds bien pleins et fort tendres.

5. Le Pois de Clamart ou carré fin (fig. 605) s’élève et produit beaucoup. Ses grains, pressés dans leurs cosses, prennent une forme irrégulièrement carrée. Il est tardif. Dans les champs des environs de Paris, où on le sème le plus tard, pour l’arrière-saison, on le laisse s’étendre sans rames.

6. Le Pois cul-noir, carré à œil noir (fig. 606), s’élève encore davantage. Fig. 606. Il est fort bon, mais souvent plus productif en parties foliacées qu’en fruits et en grains. — Très-tardif.

7. Le Pois carré blanc partage les inconvéniens de la variété n° 5. — Ses grains sont peut-être d’une saveur plus sucrée.

8. Le Pois carré vert, gros vert normand, très-élevé, tardif, excellent en vert.

9. Le Pois ridé ou de Knight (fig. 607) a été introduit en France Fig. 607. par M. Vilmorin. — Tardif et à grandes rames, il l’emporte probablement, par la qualité sucrée et moelleuse de son grain carré, gros, ridé, sur tous les autres. — Sa cosse, grosse et longue, est richement fournie de grains.

b. Nains.

10. Le Pois nain hâtif (fig. 608), le plus précoce de cette section, Fig. 608. s’élève de 1 à 2 pieds, selon le degré de fertilité du sol ; sa cosse est petite et contient des grains d’assez bonne qualité.