Page:Malato - Philosophie de l'Anarchie, Stock, 1897.djvu/303

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


entreprendre ; les anarchistes, eux, ne pouvaient.

Plusieurs, cependant, essayèrent. Pendant que quelques-uns s’efforçaient de prendre pied plus solidement qu’auparavant dans la masse ouvrière et de rendre au mouvement social, menacé par la réaction mystico-religieuse son vrai caractère de marche vers l’avenir, non de retour au passé, les plus impatients, las d’attendre sans cesse, partirent en guerre, soit isolément soit à quelques-uns, et firent parler la dynamite.

Nous aborderons sans doute un jour l’étude plus détaillée du grand mouvement libertaire et des individualités qu’il fit surgir. En ces pages, il nous est impossible d’analyser scrupuleusement, comme le réclamerait la vérité historique, la psychologie d’hommes tels que Ravachol, Pauwels, Vaillant, Émile Henry, Caserio. La philosophie anarchiste avait eu à Chicago ses héros, martyrs sublimes, immaculés, en les personnes de Spies, Parsons, Engels et