Page:Malato - Philosophie de l'Anarchie, Stock, 1897.djvu/74

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ples, selon les temps et les lieux, instituée pour garantir un contrat d’intérêts. Dans une société communiste, où il n’y aura pas de privilégiés, il sera tout naturel de renoncer à l’indécente intrusion d’un tiers dans un acte que l’homme et la femme seraient portés par eux-mêmes à entourer d’un doux mystère. À une époque où le sentiment se confondait avec la foi, on pouvait admettre l’intervention du prêtre appelant sur les deux époux la bénédiction du ciel ; aujourd’hui que l’État, — cette église laïque, — a chassé l’église chrétienne, c’est l’article 212 du code civil qui préside aux palpitations du cœur, au trouble du marié, aux rougeurs de la jeune vierge. Au fond, rien n’est plus contraire à la pudeur que cette déclaration d’un acte physiologique à accomplir faite à un indifférent qui vous immatricule sur un gros livre.

L’union libre implique l’égalité de l’homme et de la femme ; l’union légale, au contraire, ne délivre la jeune fille, même majeure, de la tutelle de sa famille que pour