Page:Mallarmé - Œuvres complètes, 1951.djvu/917

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



offre un caractère originel plus prononcé que chez nous ; car bien qu’emprunté au Latin à la façon des Mots savants français, ceux-ci gardent encore quelques traces de la formation populaire, absentes là. Mots presque latins encore chez nous à la Conquête, demeurés tels dans l’Anglais d’aujourd’hui. Impossible à l’Anglais d’emprunter quoi que ce soit directement au Latin sans nous; il secoue notre joug en nous replongeant à la source latine. Exemples de divers cas : l’Anglais possède des Mots que nous n’avons jamais empruntés au Latin. Mots latins francisés et Mots français relatinisés doivent de bien près se ressembler entre eux : discri-men obscurum. L’Anglo-Saxon, riche et primitif, n’eût pu, avec son Vocabulaire seul, exprimer toutes les idées complexes des temps modernes. Règles principales qui régissent le passage d’un Mot latin à l’Anglais ou la retrempe d’un Mot français dans le Latin, indifféremment. Terminaisons distribuées selon l’ordre des Parties du Discours. Noms : — ance et — ancy; — ence et -— ency; — ty et — ITY ; - MENT ; - ION, - TION, -- ATION, - ITION ; -Y ; — our, — or; — ate; — il. Adjectifs : — able, —- ous, etc. Finales du nom et de Y adjectif moins importantes : et nombreuses remarques de détail. Verbes : importance; une seule Terminaison grecque et aussi française, — ize et -— ise, fort à la mode. Lois de la permutation à chercher dans tant d'emprunts verbaux : est-ce la conjugaison qui en décide ? oui et non. Pas de Dérivation d'un infinitif latin, mais bien d’un présent de l'indicatif ou d’un supin. Verbes anglais tirés de la première personne de l'indicatif présent latin, puis d’un supin latin : dont le verbe français a ou aurait pris Y infinitif. Cas du renforcement en diphthongue de la pénultième. Terminaisons anglo-saxonne — ish et latine ;— ate : celle-ci propre aux verbes de la première conjugaison latine. § 2. Vestiges anciens mêlés a l’Anglo-Saxon et depuis a l’Anglais. Classiques, ou venant, pour une première couche, de la Conquête Romaine; pour une seconde des Affssions aux premiers siècles chrétiens. Ceux-ci par groupes, avec des remarques sur des changements ultérieurs; ceux-là qui appartiennent presque exclusivement à la nomenclature géographique. Congénères, ou Celtes et Scandinaves; Celtes, restés dans le langage, la littérature ancienne, les patois provinciaux, et dans la nomenclature géographique (certains Mots n’apparaissant que depuis leur époque toute moderne) ; Scandinaves, restés dans le langage, la littérature ancienne et les patois locaux.