Page:Maman J. Girardin.pdf/31

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Il regardait d'un œil bienveillant un gros chat.


CHAPITRE III
Monsieur et madame Tambourin.— Un itinéraire.

M. Pichon, ayant extrait une grosse montre d'argent des profondeurs de son gousset, jeta un coup d'œil sur les aiguilles et se leva brusquement.

« Oh! oh! s'écria-il, vingt minutes de retard, sans compter le temps d'atteler. N'importe! je ne regrette pas les vingt minutes de retard, et je me sens tout soulagé d'avoir dit une bonne fois ce que j'avais sur le cœur depuis des années. Sans vous commander, mon capitaine, est-ce que vous comptez rester longtemps à la Silleraye?

— Non, répondit le capitaine, le temps de louer une maison pour des amis à moi.

— Louer une maison à la Silleraye! Mais vous pourriez passer ici des années sans trouver une maison à louer. Il y a longtemps qu'on n'y bâtit plus; chacun vit dans sa maison, et, sauf quelques chambres garnies où les petits employés se remplacent, et qui sont toujours retenues d'avance par le successeur,