Page:Maman J. Girardin.pdf/80

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

indécis la lumière de la lampe sur plusieurs vitrines, je ne vois pas trop ce que je pourrais ajouter pour le moment. Mais, d'ici à deux ou trois jours, nous recevrons un assortiment nouveau; alors vous pourrez revenir.

— C'est ça, je pourrai revenir, répondit M. Pichon d'un air entendu. Maintenant, voulez-vous me dire ce que je vous dois? »

La dame prit un crayon et un bout de papier, et fit l'addition en quelques secondes.

Le total était beaucoup plus fort que M. Pichon ne s'y était attendu; mais il ne sourcilla pas, lui que l'on accusait d'habitude d'être un peu « regardant ». Seulement, ayant entendu dire qu'il fallait toujours marchander dans les magasins, il marchande, afin de ne pas avoir l'air d'un paysan qui arrive de son village.

« Tout est à prix fixe, lui dit doucement la jeune femme élégante, et elle jeta un regard un peu impatient vers l'arrière-magasin, où l'on entendait toujours un bruit de couteaux et de fourchettes.

— Allons donc! reprit familièrement M. Pichon, on dit que vous gagnez gros sur ces petites machines-là; vous me rabattrez bien dix sous? »

La jeune femme s'était attendue à des prétentions exorbitantes, et se préparait mentalement à soutenir la lutte, dût son dîner en être encore retardé. Cette demande naïve la fit sourire, et elle rabattit les dix sous, en déclarant à M. Pichon qu'elle y consentait, parce que c'était lui. On sait que c'est la formule usitée en pareil cas.

L'honneur étant sauf, puisqu'il avait marchandé et obtenu une réduction, M. Pichon paya, sans broncher, une somme qui aurait fait faire la grimace à des gens beaucoup plus riches que lui.

Autrefois, à l'époque lointaine de sa verte jeunesse, M. Pichon avait en mainte rencontre dépensé sans compter; mais comme c'était en égoïste qu'il dépensait, et uniquement pour son plaisir, chacune de ses dépenses lui avait laissé un regret et un remords: le regret d'avoir dépensé son argent et le remords de l'avoir mal dépensé. Ce soir-là. il n'éprouva ni regret ni remords, car il avait dépensé pour faire plaisir à quelqu'un. Aussi, quand il sortit du magasin, son paquet de joujoux sur le bras, il s'applaudissait de son heureuse audace, et riait en lui-même à l'idée du plaisir qu'éprouveraient « les deux mignons ».