Page:Marie de France - Poésies, éd. Roquefort, II, 1820.djvu/500

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
488
POÉSIES

Laissèrent tute la maisun1990
Li Moine, autre maisun querre
Vindrent alue en Engleterre.
Li Chevaliers honestement
Remist è vesqui seintement ;
Quant il morut à Deu rendi
S’alme ke bien l’out déservi.

Cist Gileberz cunta suvent
Ces choses devant meinte gent
Pur édifier les oïanz
E k’à bien fuissent entendanz,2000
Un en i out qui ço oï
Duta k’il ne fust mie issi ;
Gileberz en respundi tant
K’il n’èrent mie bien créant,
Qui dient k’espiritelment,
Véïent, è non corporelment,
Quant il entrent en la maisun
Que est de Deu espurgaciun,
Les granz peines è les turmenz,
Qui sunt establiz là dedenz.2010
Li Chevalier tut ço desdit,
Qui tut corporelment le vit,
En char è en os les tormenz
Suffrir quant il fud là dedenz.
Se ço ne volez ottrier
Ne ne créïez le Chevalier