Page:Marie de France - Poésies, éd. Roquefort, II, 1820.djvu/501

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
489
DE MARIE DE FRANCE.

Créïez mei ke de mes oilz vi
Ço ke je vus dirai ici.

Jo fu jà en une maisun
Où out de grant religiun,2020
Un Muigne qui muit se pena
De Deu servir, è mult l’ama ;
El dortur vit apertement,
Une nuit entre le cuvent,
Si cum il jut è dut dormir
Les Diables à lui venir,
Qui corporelment le ravirent,
E del’ dortur le départirent,
Si ke li covenz nel’ sout mie
Tant orent de ses..... envie [1],2030
Treiz jurs è treis nuiz l’unt tenu
Li covenz ne sout où il fu.
Puis le portèrent à sun lit,
Enz le jetèrent par despit
Tut flaélé è débatu,
Desk’à la mort è navré fu ;
Plaïes out parfundes è granz
Par tut le cors aparissanz ;
Il méismes les me mustra
Apertement, s’il me conta,2040

  1. Il manque un mot dans le manuscrit.