Page:Marivaux - Œuvres complètes, édition Duviquet, 1825, tome 2.djvu/521

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
511
SCÈNE IX.

vous êtes veuve, et encore jeune. Vous m’avez fait confidence de votre inclinaison pour mon neveu ; tout est dit. Vous n’avez qu’à vous conformer à ce que je vais faire. Voici mon neveu, et nous en sommes à la première scène ; êtes-vous prête ?


ARAMINTE

Oui.


Scène IX

MADAME AMELIN, ARAMINTE, ÉRASTE

ÉRASTE

Vous m’avez ordonné de revenir ; que me voulez-vous, madame ? La compagnie vous attend.


MADAME AMELIN

Qu’elle m’attende, mon neveu ; je ne suis pas près de la rejoindre.


ÉRASTE

Vous me paraissez bien sérieuse, madame ; de quoi s’agit-il ?


MADAME AMELIN, montrant Araminte.

Éraste, que pensez-vous de madame ?


ÉRASTE

Moi ? Ce que tout le monde en pense ; que madame est fort aimable.