Page:Marivaux - Œuvres complètes, édition Duviquet, 1825, tome 2.djvu/522

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
512
LES ACTEURS DE BONNE FOI ,


ARAMINTE

La réponse est flatteuse.


ÉRASTE

Elle est toute simple.


MADAME AMELIN

Mon neveu, son cœur et sa main, joints à trente mille livres de rente, ne valent-ils pas bien qu’on s’attache à elle ?


ÉRASTE

Y a-t-il quelqu’un à qui il soit besoin de persuader cette vérité-là ?


MADAME AMELIN

Je suis charmée de vous en voir si persuadé vous-même.


ÉRASTE

À propos de quoi en êtes-vous si charmée, madame ?


MADAME AMELIN

C’est que je trouve à propos de vous marier avec elle.


ÉRASTE

Moi, ma tante ? Vous plaisantez, et je suis sûr que madame ne serait pas de cet avis-là.


MADAME AMELIN

C’est pourtant elle qui me le propose.


ÉRASTE

De m’épouser ! vous, madame !


ARAMINTE

Pourquoi non, Éraste ? cela me paraîtrait assez convenable ; qu’en dites-vous ?