Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/129

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
83
carmélites

Chapelle intérieure des Carmélites.

Le tombeau du premier maréchal de Villeroy surpassait fort les autres, et pour le goût et pour l’exécution. La statue, ornée du vêtement de l’ordre du Saint-Esprit, était en marbre parfaitement travaillé. La Prudence et la Religion personnifiées l’accompagnaient ; le tout était adossé à une arcade feinte décorée selon un art discret, et terminé par les armes des Villeroy. Guichenon a conservé l’épitaphe quelque peu emphatique mais intéressante composée par l’archevêque Camille de Neuville, lequel présida à l’érection, ainsi que l’apprennent les deux dernières lignes précisément omises par Clapasson qui laisse ainsi ignorer la date. Plus tard on plaça au-dessus du tombeau un grand tableau allégorique de Grandon : des seigneurs et des prélats de la maison de Villeroy peints au naturel entouraient la Religion triomphante.

Voici, pour finir, les dimensions de l’église et de la chapelle telles que les donne Delamonce dans ses Observations critiques sur trois églises de cette ville, celles des Carmélites, de l’Oratoire et de Saint-Antoine, et dans ses Observations critiques sur cinq églises modernes de cette ville, savoir : celles de la Charité, de l’Hôtel-Dieu, des Carmélites, de Saint-Antoine, de l’Oratoire ; ce sont là deux manuscrits conservés à la bibliothèque de Lyon et qui furent lus par le savant architecte à noire Académie des Beaux-Arts, le 8 mars 1747 et le 12 mars 1749. Il va de soi que cette évaluation est en pieds de Lyon ou pieds de ville qui égalaient 33 centimètres. La longueur de l’église : 99 pieds, largeur 41 ; chapelle de Villeroy, longueur 48 pieds, largeur 29.

Il est regrettable que nous ne possédions pas la moindre gravure, le moindre dessin de l’intérieur intégral du monument, ni moyen d’y suppléer. Nous n’avons plus que le plan de l’intérieur, annihilé par la ruine des tombeaux et des autels qui en corrigeaient le défaut de proportions, le plan dressé en l’an XIII par les architectes Turrin et Durand.