Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/157

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
111
la charité

oratoire ou chapelle provisoire élevée, sur ce même terrain, avant toutes autres constructions, sous le vocable de sainte Blandine et aux frais personnels des recteurs, sans aucune contribution des deniers de l’Aumône. À cette fin, M. de la Paye, chanoine comte de Lyon, donna la somme de 50 livres : le sieur Pinet, 18 livres ; le sieur Merin, 20 livres ; le sieur Bernico, 15 livres : le sieur Corsan, 30 livres ; le sieur du Coing, 15 livres ; le sieur Girinet, 10 livres et une aube garnie de pointes ; le sieur Picquet, 32 livres 10 sous ; le sieur Megret, 20 livres ; le sieur Greffet, 14 livres 10 sous ; le sieur Chapuys, 30 livres,

Plan ancien de la Charité.

deux nappes et deux serviettes pour l’autel ; le sieur de la Praye, 30 livres ; le président de Villars donna un tableau sur lequel était peinte une Charité ; le sieur Vanelle, une chasuble, des étoles, un manipule, un devant d’autel en velours vert ; le sieur Fradin, un calice et sa patène d’argent ; le sieur de Couleur, une cloche et ses accessoires. Un prêtre reçut la mission de desservir la chapelle Sainte-Blandine aux jours de dimanche et de fêles solennelles, à raison de 30 livres par an, et commença son service le dimanche 17 janvier 1616.

De généreuses offrandes permirent de se mettre immédiatement à l’œuvre pour élever les bâtiments de l’hospice : divers bienfaiteurs prirent à leur charge, chacun la construc-