Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/243

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
195
grands-augustins et saint-vincent

l’enfant Jésus debout. La mère et l’enfant sont entourés d’anges qui jouent et chantent. Par côté, les statues, par Dufraisne, de saint Vincent, diacre, et de saint Louis, roi de France, tous deux patrons de l’église, complètent cet ensemble gracieux. Dans le porche, au-dessus de la porte d’entrée, deux anges adorent le Sacré-Cœur, tandis qu’à la voûte des chérubins émaillés se jouent sur un fond bleu au milieu de rosaces de diverses couleurs.

Vierge-Mère, par Dufraisne
(Église Saint-Vincent).

Pénétrons dans l’église, jusqu’au chœur. L’autel est de marbre blanc sans sculptures. Dans le fond, l’orgue se dresse, rompant la perspective. Des deux chapelles latérales, celle du Sacré-Cœur, par Dufraisne, d’architecture ionique, est formée de deux colonnes supportant une architrave avec inscription surmontée elle-même, dans une gloire, d’un cœur entouré d’épines. L’autel est de marbre blanc, avec le tabernacle orné d’un cœur en cuivre sur fond émaillé rose, bleu, blanc et or ; au retable l’artiste a sculpté des arabesques et des colombes, et sur le devant de l’autel un cœur blessé qui emplit une coupe vers laquelle s’élancent deux animaux ailés. Par côté de la chapelle s’élèvent deux autres autels plus petits, de marbre jaune, décorés des initiales enlacées de saint Vincent et de saint Louis. Au-dessus de chaque autel se voient des bas-reliefs de marbre blanc représentant la mort de ces deux saints, et plus haut se dressent leurs statues.

Vis-à-vis la chapelle du Sacré-Cœur se trouve celle de la Sainte-Vierge, par Fabisch, presque de même style ; l’autel de marbre est décoré, en bas-relief, du couronnement de la Mère de Dieu. À gauche et à droite, deux autels sont dédiés à saint Jean l’Évangéliste et à saint Joseph. Au fond de la grande nef se trouve, à gauche, le baptistère avec autel surmonté d’un groupe sculpté représentant le baptême du Christ, de grandeur naturelle. À droite, un autel semblable est dédié à Notre-Dame de Compassion.

L’église Saint-Vincent est surtout remarquable par les nombreux tableaux dont elle est ornée et dont plusieurs ne sont pas sans valeur ; en voici l’exacte description en commençant par le chœur. À droite, une descente de croix, d’après Jean Jouvenet ; à gauche, la vocation de saint Pierre par Jean Hestout, 1735. Dans la nef de gauche : 1° Jésus après sa résurrection donne les clés à saint Pierre ; 2° la Transfiguration, copie du tableau de Raphaël ; 3° Jésus pardonnant à la femme adultère ; 4° la Vierge présentant l’Enfant Jésus à l’adoration des pèlerins ; 5° Madeleine aux pieds de Jésus chez Simon le Pharisien ; 6° une Pietà ; 7° saint Louis dépose la couronne d’épines à la Sainte-Chapelle, toile