Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/275

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
227
antiquaille

tout le pays. Les saints, les papes, les évêques, les souverains qui ont passé à Lyon l’ont visité. Nommons Louis XI, Charles VIII, Louis XII, Henri IV, Louis XIII, Louis XIV. Sainte Chantai y a prié ; Anne d’Autriche y est venue plusieurs fois. Une infinité d’autres princes et personnages illustres y sont venus aussi. Le 19 avril 1805, le pape Pie VII s’y est agenouillé et a préconisé cette dévotion. Les foules recueillies s’y renouvellent sans cesse. Les souverains pontifes Urbain VIII, Alexandre VII, Pie VII, Pie VIII, Léon XII, Grégoire XVI, Pie IX, Léon XIII, l’ont doté de nombreuses et riches indulgences. Les âmes religieuses y ont multiplié les dons de la reconnaissance. Une multitude de lampes y ont été offertes et brillent doucement au nom des saints martyrs. »

Mgr Thibaudier, évêque auxiliaire de Lyon, puis archevêque de Cambrai.

Il est bon de rappeler que ce cachot a reçu la visite de missionnaires partant pour des contrées lointaines et venant offrir au fondateur de l’Église de Lyon les prémices de leur apostolat et leur secret désir du martyre. On a vu aussi s’agenouiller des prêtres du diocèse de Lyon que la confiance du Souverain Pontife avait appelés à l’honneur de l’épiscopat et qui, humblement, venaient demander au saint évêque l’énergie nécessaire pour gouverner leurs nouveaux diocèses. Tels furent Mgr Pierre-Louis Cœur, brillant élève du séminaire Saint-Jean, et qui gouverna l’église de Troyes de 1S49 à 1860, Mgr Augustin David, d’abord missionnaire diocésain, puis évêque de Saint-Brieuc de 1862 à 1882, Mgr Dominique-Augustin Dufêtre, également élève du séminaire de la Primatiale et qui gouverna l’église de Nevers de 1843 à 1860. Que de fois n’y vit-on pas ce prélat que tout Lyon a connu et estimé, Mgr Natalis Gonindard, d’abord missionnaire diocésain, bon prédicateur, puis évêque de Verdun en 1884 et mort sur le siège archiépiscopal de Rennes, comme aussi Mgr Odon Thibaudier, successivement missionnaire diocésain, puis évêque titulaire de Sidonie, auxiliaire de Lyon, évêque de Soissons en 1876, enfin archevêque de Cambrai. Mais il importe surtout de rappeler ici le nom du cardinal Ferdinand-François-Auguste Donnet, archevêque de Bordeaux de 1837 à 1852.

« Entrons avec respect, poursuit M. le chanoine Comte, à la suite de tant d’âmes pieuses, et contemplons ce sanctuaire où la foi chrétienne a jeté aux premiers jours un si vif éclat. Creusé dans une terre rocailleuse, ce caveau va s’abaissant jusqu’au sol, sur lequel sa voûte naturelle repose immédiatement de trois côtés. Sa hauteur, au centre, est de trois mètres, sa longueur de six, sa largeur de cinq. Il était autrefois comme le