Page:Martin - Histoire des églises et chapelles de Lyon, 1908, tome I.djvu/307

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
257
monument des brotteaux

de génie et d’honneur, dont les dessins obtinrent les prix de Paris et de Parme, donna et fit exécuter celui de ce monument, et à leur demande y fit tracer ces inscriptions :

À l’ouest.

Lyonnais, venez tous sur ce triste rivage
À vos amis répéter vos adieux :
Ils vous ont légué leur courage,
Sachez vivre et mourir comme eux.

Au sud.

Pour eux la mort devient une victoire,
Ils étaient las de voir tant de forfaits :
Dans leur trépas ils ont trouvé la gloire,
Sous ce gazon ils ont trouvé la paix.

À l’est.

Passant, respecte notre cendre,
Couvre-la d’une simple fleur !
À tes neveux nous te chargeons d’apprendre
Que notre mort acheta leur bonheur.

Au nord.

Champ ravagé par une horrible guerre.
Tu porteras un jour d’immortels monuments.
Hélas ! Que de valeur, de vertus, de talents.
Sont cachés sous un peu de terre.

Mais, continue Delandine « au temps que ce cénotaphe fut élevé, les fureurs de la Révolution n’étaient qu’endormies. Ce monument et les larmes des malheureuses familles offensèrent quelques personnes qui n’étaient pas sans reproches : le cénotaphe fut renversé en 1796 ; mais une juste indignation poursuivit les destructeurs du tombeau, et les Brotteaux devinrent déserts. Aussitôt après la Restauration, les Lyonnais s’empressèrent d’élever un monument capable de rappeler à la postérité la mémoire des héros qui étaient morts généreusement pour leur pays. On lit appel aux artistes lyonnais : un grand nombre de plans furent présentés. Celui de Chenavard, architecte, d’un goût et d’un talent distingué, obtint le prix et un suffrage général ; néanmoins celui de Cochet, qui n’avait pas concouru, obtint la préférence et fut exécuté ».

Ce monument, dont le but était de recouvrir les restes mortels de ces généreuses victimes, n’a pu, dans sa construction, remplir les fins qu’on s’était proposées, que par un extérieur lugubre. La réunion des trois ordres, dorique, égyptien et romain, que la pure architecture rejettera toujours, nuit considérablement à son ensemble. On aurait préféré voir, à la place de cette bizarre réunion, se réaliser les dispositions qu’avait offertes Che-